Accessibilité Aller au contenu Le Grenelle de la Mer devrait être mis en oeuvre en 2011

Le Grenelle de la Mer devrait être mis en oeuvre en 2011

Publiée le 10 février 2011 à 18:18 dans Actualité de la biodiversité

Le Grenelle de la mer doit permettre de mieux étudier et protéger les mers et océans qui bordent les côtes françaises, ainsi que la biodiversité qu'ils abritent. La ministre de l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé qu'il serait mis en oeuvre en 2011.

Sous la mer

La France possède une riche réserve de biodiversité marine qui doit être préservée. Le Grenelle de la Mer a pour objectif de mettre en oeuvre de nombreuses mesures pour sa protection, notamment par la création d’une liste des espèces à protéger, le durcissement des conditions de rejet de dragage dans les ports ou encore une meilleure prise en compte du préjudice écologique dans l’indemnisation des pollutions marines

Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé le lancement d’une stratégie de création d’aires marines protégées, qui devraient couvrir 10 % de la surface totale des espaces maritimes d’ici 2012. La France, qui ne compte aujourd’hui que deux parcs, devrait en compter dix en 2013.

Le ministère de l'écologie annonce également d'autres mesures pour 2011 :

  • Le développement de l’économie maritime, la « croissance bleue », notamment par l’implantation de 1 200 éoliennes en mer d’ici 2020 et par la création d’une filière industrielle française des énergies marines ou encore le développement de nouvelles « autoroutes de la mer ». La grande école des métiers de la mer, l’École nationale supérieure maritime, est quant à elle une réalité depuis le 1er janvier 2011.
  • Un programme de connaissance des océans avec l’adoption d’une stratégie d’exploration des grands fonds marins et par un inventaire complet de la flore, de la faune, de la qualité de l’eau et des activités maritimes d’ici la fin 2012.
  • Une gouvernance rénovée, à travers notamment la réforme de l’administration territoriale, la création d’un conseil national de la mer et de conseils pour chaque façade maritime.

"La protection de l’environnement n’est pas incompatible avec le développement économique des activités en mer et il faut cesser de les opposer. Il y aura désormais en mer des éoliennes, des pêcheurs, des plaisanciers et de grands navires de commerce, cohabitant ensemble dans un même espace" déclare le ministère.